Interview avec NAHOA PIERRE : « C’est normal qu’on constate un problème d’emploi en Côte d’Ivoire […]Malheureusement notre jeunesse est très paresseuse. »

Blogmistral vous présente l’interview d’un jeune entrepreneur, écrivain et passionné des technologies de l’information et de la communication. Cet entrepreneur nous donne son point de vue et également ses solutions à propos du chômage en Cote d’ivoire.

1 — Pourriez-vous commencer par vous présenter aux lecteurs de Blogmistral ?

Bonjour chers internautes, Je suis Pierre NAHOA, Marié, CEO du Centre d’Excellence et de leadership NAHOA INITIATIVES (www.nahoainitiatives.com). Je suis Infopreneur, Senior Business Developer, Autodictate, Consultant et Coach. Je suis aussi Expert Conseiller Microsoft CI pour le projet ‘Youth Impact’, Auteur du livre : de zéro à Héros, Comment débuter son business sans Argent.

Interview avec NAHOA PIERRE
NAHOA PIERRE

2 — Votre livre « de Zéro à Héros “dans quel contexte l‘avez-vous écrit ?

Mon ultime objectif quand j’écrivais DEZHER (DE Zéro à HERos) était de réveiller la conscience de la jeunesse Africaine en premier sur la possibilité réelle d’entreprendre à partir de rien et en second sur l’urgence de changer d’attitude et d’habitude pour une Afrique forte et indépendante.

3 — Quel regard portez-vous sur le problème du chômage des jeunes en Côte d’ivoire ?

C’est normal qu’on constate un problème d’emploi en Côte d’Ivoire.

En Belgique avec 11 millions d’habitants, on compte 1 million d’entreprises, soit 11 personnes par entreprise si on devait embaucher les vieillards et les nouveaux nés. Allons y comprendre pourquoi ceux-ci demandent de la main d’œuvre humaine.

Cependant en Côte d’Ivoire on a plus de 24 millions d’habitants pour seulement 60 000 entreprises, soit plus de 400 personnes par entreprise. Ce n’est pas possible. Et C’est normal qu’on parle de chômage. Et tout cela est aggravé par certaines reformes qui créent le chômage technique.
S’il n’y a pas d’entreprises, il n’y a pas d’emploi et donc chômage puis pauvreté.
Malheureusement notre jeunesse est très paresseuse. Quelqu’un disait : ‘’Il n’y a peut être pas d’emplois pour tout le monde mais il y’a du travail en Côte d’Ivoire pour tout le monde’’.
Il faudrait encourager les jeunes à créer des entreprises afin de créer par la suite des emplois. Et cela passe par certaines facilités dans la gestion complète des entreprises en Côte d’Ivoire qu’on ne voit pas encore. Le gouvernement et le CEPICI ont beaucoup fait c’est sur, mais il en reste encore.
L’enregistrement d’une entreprise, le système des impôts et le suivi des nouvelles entreprises. Aux Iles Maurice par exemple, quand tu enregistre ton entreprise, l’Etat commence à prélever des impôts l’année qui suit et non dès ton premier mois comme on le constate ici. Cela pourrait aider plusieurs entreprises à commencer sans peur et risque et se stabiliser.

4 — L‘État à travers ses institutions encouragent les jeunes à entreprendre. De leur côté, ceux-ci se plaignent du fait que les capitaux ne sont pas accessibles pour le leur permettre. Qu‘en pensez-vous ?

Pour ma part je pense que l’Etat a les moyens pour réduire le chômage en Côte d’ivoire. Il y’a plusieurs idées. Au Ghana toute entreprise étrangère devrait s’associer avec un ghanéen avant d’exister sur le territoire. Au Maroc, la priorité aux marocains, vous ne pouvez pas occuper un certain type de poste si vous n’avez pas démontré qu’aucun marocain ne peut le faire. Il faut organiser comme l’Etat le fait depuis 4 ans, d’autres rencontres comme les assises de la jeunesse avec un objectif précis. Il faut écouter la jeunesse et réfléchir à comment trouver des solutions. L’exemple ‘’d’emploi miracle’’ qu’on a assisté ne nous aiderait pas. Le fait d’organiser des moments de réjouissance dans une histoire de recherche de solutions au chômage n’aide pas du tout. Restons focus et sérieux, nous avancerons.

La première question qui me vient à l’esprit quand j’entends parler d’accessibilité de capitaux pour entreprendre est: Qui donne ces capitaux? L’Etat ?

L’Etat a ses problèmes que les entrepreneurs font semblant d’ignorer. La dette publique en fin 2013 était estimée à 6 175 milliards de FCFA. Le Vendredi 12 Décembre 2014, face à la presse, le Ministre du budget, M. Cissé Abdourahmane n’a pas mentionné l’emploi dans son exposé, mais plutôt, de soutien aux entreprises surement existantes. Plus, il a précisé que les priorités du gouvernement en 2015, demeurent la ‘’ paix, la sécurité, la réconciliation et la relance économique’’
Interview avec NAHOA PIERRE
 NAHOA PIERRE

Qui donne ces capitaux? Les banques ?

Chez eux on donne à celui qui en a beaucoup et on enlève le peu qu’a celui qui n’en a pas. Je n’ai pas encore vu de programmes d’aide ou de support à l’endroit des entrepreneurs débutants. (J’aimerais bien me tromper) Bref !

Au delà de l’Etat et les banques, si vous n’avez pas assez de garanti pour emprunter de l’argent aux banques, suivez la formule DEZHER. J’énumère dans mon livre étape par étape comment on peut arriver à ses fins dans l’entrepreneuriat en partant de zéro argent, zéro idée d’entreprise et zéro motivation. Nous sommes même en promo jusqu’au 25 avril, une entreprise sponsorise une partie des livres. Dépêchez vous.

5 — Il est de plus en plus récurrent de l‘entendre, pouvez-vous expliquer dans quelle mesure les réseaux sociaux peuvent permettre de trouver un emploi.

Les réseaux sociaux peuvent permettent de trouver un emploi grâce à 3 moyens.

Que disent les réseaux sociaux de vous ?
Que disent vos photos, vidéos, posts et surtout les commentaires des autres ?
Êtes-vous sans histoire ? Etes-vous un jeune politicien en devenir ? Etes-vous un jeune travailleur ? A quoi vous vous intéressez le plus ?
Si votre profil est visité par un recruteur, vos posts et photos témoigneront de vous pour un emploi ou pas.

  • Secundo, de plus en plus de recruteurs divulguent leur offre sur les réseaux sociaux.

Sur Facebook par exemple, il n y’a pas mal de groupes d’emploi ou vous pouvez voir chaque jour des opportunités postes.

  • Tertio : Il peut servir de self-employment.
Plusieurs business ont vu le jour grâce aux réseaux sociaux. Les ventes d’articles, boutiques en ligne, photographie, autre réseaux sociaux…
Avant de professionnaliser leurs business, plusieurs entrepreneurs avec leur page Facebook ont eu leurs premiers clients sur internet, sur les réseaux sociaux. La mienne a commencé en 2011 par une page Facebook, aujourd’hui, elle est bien constituée.

Voila comment les réseaux sociaux peuvent permettre de trouver un emploi.

6 — Partir de zéro pour atteindre le sommet. Il y a-t-il une formule ‘magique ‘pour y arriver ?

Non, pas du tout. Tout se résume en 3 choses : travaillez, ‘’réseautez’’ et travaillez encore.

7 — Si vous aviez un pouvoir extraordinaire, que changeriez-vous dans ce monde ?

Je changerai la mentalité de la jeunesse Africaine en mentalité positive, entreprenante, leader et indépendante.

8— Avez-vous des projets en cours ou à venir ?

Oui bien sur, je lance bientôt mon deuxième livre papier avec pour thème : Transformez Maintenant votre Temps en Argent. Le livre explique sur plus de 30 pages ce qui a poussé Benjamin Francklin à dire: ‘’Time is money’’ (le temps c’est de l’argent). Il explique le sens profond et les contours du dicton. Il propose aussi plus de 27 business et activités à ses lecteurs qui peuvent l’appliquer seulement dans leur temps libre. J’ai déjà fait testé le livre à certains avant sa sortie. Et déjà la première personne s’en est sorti avec 74 000F CFA par mois, un surplus de revenus non négligeable. Le second client, lui, a produit 43 000 FCFA en fonction de son temps libre. Je réfléchis encore a comment mieux lancer le livre afin d’aider un maximum d’Entrepreneurs débutants et confirmés, un maximum de sans emploi, de travailleurs à domicile, de travailleurs en entreprise à augmenter leur revenu mensuel avec leur temps libre comme capital.

Mon deuxième projet à long terme est de doter NAHOA INITIATIVES d’une puissante Web TV avec des émissions uniques. Nous voulons lutter contre 2 choses en Afrique : la pauvreté et le chômage.

9-Que pensez-vous de blogmistral ? Critiques et suggestions

Blogmistral est un blog qui ne propose que du contenu de qualité. Moi je l’ai connu quand il parlait de l’origine de Angré. J’ai super aimé l’article. La seule proposition que j’ai à faire, c’est de demander à l’équipe du Blog de proposer aux visiteurs plus d’articles. Il n’y a que 7 articles proposés en une sidebar, pour moi c’est peu. Si on écrit 7 nouveaux articles, on perd de vue d’autres précieux articles.

10— Votre mot de fin.

Je voudrais dire merci à Arnaud Dapa et son équipe pour l’interview. J’invite tous ceux qui veulent aller loin dans le développement de leur business ou pour leur développement personnel de me retrouver sur mon site web www.nahoainitiatives.com

Prenez soin de vous